Design Intérieur, le récit musical
RÉSUMÉ
Dans un ton direct, ludique, empreint d’humour et de poésie, Brigitte Saint-Aubin, propose son récit musical Design intérieur, dans lequel se côtoie théâtre, chansons, musique et projections. L’histoire est celle du voyage initiatique d’une femme qui retourne au Cégep en design intérieur suite au décès sa mère et qui, à travers cette expérience, se repositionne dans sa vie, se souvient, tente de comprendre et de lâcher prise.

Entourée d’une équipe formidable, Eric Jean à la mise en scène, Max Otto-Fauteux à la scénographie, Hub Studio (Gonzalo Soldi) aux projections et à la lumière et accompagnée sur scène par les excellent musiciens Guido Del Fabbro (à la conception musicale, aux cordes, au clavier et à la basse), Bernard Falaise (guitares et basse) et Alexis Martin (batterie, percussions), Brigitte nous présente son nouvel album de manière tout à fait original. Le tout, accompagné dans le développement dramaturgique par l'auteur François Archambault.

LA MISE EN SCÈNE ET ÉQUIPE DE CRÉATION
Design intérieur se déploie autour du personnage de Brigitte, son récit, ses chansons et son univers visuel et sonore. À travers le discours du personnage, on voyage dans le temps, passant du dialogue au discours intérieur, à la réflexion dirigée vers le public. Telle une chorégraphie minutieusement orchestrée, une partition musicale, les différents paliers narratifs sont rapidement établies dans l’espace et dans l’interprétation, mettant en relief les nombreuses ruptures de ton.

Telle une respiration, les chansons apportent aux situations dramatiques concrètes un éclairage poétique offrant un nouvel angle au même prisme, une manière différente de comprendre et de ressentir le propos. Le texte parlé et le texte chanté, s’enrichissent l’un et l’autre sans jamais s’expliquer. Chaque chanson est traitée de manière différente afin de toucher le public et de le surprendre. L’onirisme qui s’en dégage est souligné visuellement par les projections et l’éclairage, mais aussi, par l’utilisation du décor et des accessoires. Quand a l’interprétation chantée, elle reste toujours simple, telle qu’entendu sur l’enregistrement sonore.

Les arrangements sont à la fois riches et aérés ; guitares, basse, cordes, clavier, percusison et batterie. Certaines pièces seront chantées dans leur totalité, tandis que d’autres seront partielles, parfois même parlées ou encore instrumentales.

L’amplification sera aussi un élément clé. En plus de quelques micros sur pieds, des micros seront dissimulés dans le décor et sur les vêtements. En mettant à profit l’utilisation des « reverbs », nous jouons avec l’espace et avec l’intimité de la voix parlé. La musique, quant à elle, vient parfois ponctuer le récit en évoquant les lieux, plongeant ainsi le spectateur dans une autre dimension, faisant naître d’autres sensations. Trois musiciens déjà familier avec l’univers théâtral, accompagnent le récit : Guido Del Frabbro aux cordes et également concepteur sonore et directeur musical, Bernard Falaise aux guitares et Alexis Martin à la batterie et aux percussions. Le sonorisateur est lui aussi, expert dans le mélange des genres, ayant travaillé au théâtre et en musique.

Tout comme la chanson, la projection vidéo tient un rôle primordial dans l’élaboration du spectacle. L’image se veut évocatrice, transportant le spectateur dans un univers émotif en lui proposant une lecture complémentaire au récit. Que ce soit par le biais d’illustrations abstraites et ambiantes, d’inspirations de lieux, une route qui défile, un personnage qui tombe, une tache d’encre qui se déploie, ce langage visuel créé sur mesure, est l’écho des chansons et l’envers du récit. La conception vidéo est un élément majeur du spectacle et c’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à Gonzalo Soldi directeur artistique de Hub Studio, une compagnie audacieuse et innovante dans son domaine. Puisque la lumière et l’image sont des éléments scéniques qui se complètent, la conception de la lumière leur est également confiée.

C’est dans un décor composé d’éléments structuraux offrant un support adéquat à l’environnement visuel que le spectacle se déploie. Axé sur les lignes simples, rappelant Mondrian, le décor propose des aires de jeu surprenantes qui sont mis en lumière tout au long du spectcale. Les musiciens, dissimulés derrières les tulles, peuvent être révélés à certains moments clés, dans le but d’appuyer le récit, sans toutefois déranger le regard du spectateur en d’autre temps. Le décor et les accessoires servent d’appui au jeu, au sens où ils soutiennent la comédienne dans le déploiement des divers lieux et personnages du spectacle. La scénographie est conçue dans le but de pouvoir diffuser facilement le spectacle en tournée. La conception du décor, des accessoires et des costumes est confiée à Max-Otto Fauteux, concepteur qui côtoie également autant la scène théâtrale que musicale.

Après trois albums comme auteure compositrice interprète (donc le premier à reçu le prix de la relève aux prix de la musique folk canadienne), et vingt ans de carrière comme comédienne, l’idée de réunir ses deux passions dans un seul projet germait depuis fort longtemps. Et voilà que qu'elle a trouvé la nécessité réelle et l’élan essentiel pour concrétiser ce désir dans un projet authentique, sensible et original. Un projet qui saura rejoindre un public de tout âge par l'universalité de son propos.

À PROPOS D'ERIC JEAN, METTEUR EN SCÈNE
Comme metteur en scène, Eric Jean est reconnu pour ses spectacles hybrides et multidisciplinaires. Metteur en scène d’expérience, il a également été directeur artistique et général du Théâtre de Quat’Sous de 2004 à 2016. Dans son travail il mise régulièrement sur l’intégration des diverses disciplines artistiques. Il est particulièrement à l’aise dans des projets ou les points d’ancrage de la création sont aussi variés que le texte d’une chanson, une photographie, un accessoire ou un élément de costume. C’est d’ailleurs ainsi qu’il a fait sa marque et élaboré une méthode de création nommée « écriture vivante ». Les exemples les plus probants de sa méthode de travail sont certainement les fameux Hippocampe, couronné du Prix de la critique en 2003 et Chambre(s) créé en 2009. Suite au succès du premier, le metteur en scène est mis en nomination pour le prestigieux prix Siminovitch 2004 en figurant au nombre des cinq finalistes. L’automne dernier, il a d’ailleurs assumé la mise en scène et la dramaturgie de Dance Me / musique de Leonard Cohen, un spectacle des Ballets jazz de Montréal, présentement en tournée dans plusieurs pays.

Design Intérieur, le récit musical

  • Brigitte Saint-Aubin 
  • Clientèle : Grand public 
  • Discipline : Théâtre 
  • Duree : 1 h 20 
  • Personnes sur scène : 4 
  • Groupe d'âge ciblé :  
Retour