Joseph Edgar
Joseph Edgar

Joseph Edgar, originaire de Moncton, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick, vit en Nouvelle-Écosse depuis quelques années. Il est l’un des fers de lance de la nouvelle scène musicale acadienne. Son univers, souvent qualifié d’urbain acoustique, se nourrit de multiples influences, les grands classiques du rock comme Neil Young, Bob Dylan, The Rolling Stones, U2, mais aussi les groupes acadiens 1755 et Beausoleil, ou encore le Louisianais Zachary Richard… Dans son troisième album, Y’a un train qui s’en vient, réalisé avec le bassiste du groupe Les Païens, Joseph Edgar a cherché à retrouver en studio l’énergie et la force de la scène, à travers des morceaux, comme autant de petits bijoux poétiques, osés et sages, populaires et alternatifs. Le chanteur réussit avec brio le mélange délicat de multiples styles et influences, et propose un univers à la fois rafraîchissant, unique et familier. Sur scène, la voix singulière et la performance scénique généreuse de l’Acadien promettent une rencontre musicale d’une belle intensité.

Il est possible d’en connaître davantage sur Joseph Edgar en allant sur :

www.myspace.com/josephedgar
www.twitter.com/josephedgar
www.youtube.com/infojosephedgar




Dans les médias

Magazine français « Longueur d’Ondes »

En première partie, joseph edgar a ouvert une soirée musicale aux tons colorés. L’acadien se promène entre une atmosphère lourde avec un son rock puissant et un rythme binaire enjoué, classique de la chanson française. L’humour est déjà bien présent et le public aussi : sur invitation des musiciens, il participe allègrement tant à l’exercice de vocalises qu’à rythmer les morceaux en « clappant dans les mains ». La salle est alors préparée à recevoir les yeux d’la tête, très attendus (ce que comprendra quiconque a déjà assisté à l’un de leurs concerts !)
- Mélodie Oxalia - 6 octobre 2010

Une boule d’énergie, un chant d’écorché, il chante comme si sa vie en dépendait. Son univers vient du folk trad, se mixe au chant acadien cajun, devient rock ou complainte qui se heurte à un violon strident… le tout malaxé et transformé pour donner naissance à un show hybride et totalement unique. Peut-être le mix le plus impressionnant du nouveau-brunswick actuel !
- Serge Beyer
Fred Hidalgo, Chorus

Joseph Edgar : Y a un train qui s’en vient - 11 titres, 43’42. Il y a les disques que l’on reçoit, et puis il y a les rencontres en direct, y compris les plus inattendues, comme celle de Joseph Edgar, jeune ACI (feutre noir et bouc idem) qui s’en venait du Nouveau-Brunswick au théâtre des Trois Baudets, le 29 septembre dernier, le soir où nous y organisions une soirée privée… Échange rapide d’impressions, poignée de mains franche… et album en cadeau. Un vrai de vrai, car si j’ignorais tout de cet artiste à ce jour (membre fondateur du groupe acadien 0° Celsius, premier album solo en 2004,La Lune comprendra, deuxième en 2006, Oh ma ma), son troisième opus est une jolie ballade acoustique (cordes, claviers, cuivres, acordéon, percussions…) qui invite au voyage et nous évoque un certain Zachary Richard (voix et accent inclus). Zachary ? Tiens, son nom est cité dans les remerciements… Autoproduit, distr. Plages, Caraquet, N.-B. (site de l’artiste).

TV5 Monde
Entrevue avec Estelle Martin
http://www.youtube.com/watch?v=VTeATBdf4Qg

France Bleu
Performance d’une heure passé à l’émission Le Bœuf du samedi, avec
http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-bleu/?nr=638b9e6c8c5816b9fa0a89cbceea4a96&be511c244bd1c492e95f888c8f7c4556_container_id=51352

Joseph Edgar

Spectacle(s)
Retour