Circus Stella
Horizon Vertical est une production de Circus Stella, organisme dont le mandat est le développement des arts du cirque au Nouveau-Brunswick. Horizon Vertical est le premier spectacle d’échasses contemporaines au Canada dont la première est prévue au Théâtre Capitol de Moncton le 1er novembre 2018.

Horizon Vertical est un spectacle qui met en valeur la discipline des échasses. L'inspiration principale vient de l'objet en lui-même ainsi que de toutes les utilisations et formes qu'il prend selon l' artiste qui l'utilise.

Il est intéressant de considérer l’échasse comme un objet esthétique à part entière, pas uniquement comme un outil pour un effet théâtral (personnage plus grand que nature) ou un appareil acrobatique (exécution de prouesses techniques). L’échasse, avant même de s’insérer dans une proposition artistique plus globale, comporte des caractéristiques inhérentes qui lui sont propres et qui sont en soi expressives : la hauteur, la longueur des membres, l’amplitude des mouvements, la lenteur des déplacements et la précarité de l’équilibre. 

La diversité de l'équipe nous permet d'utiliser une panoplie d'outils provenant entre autres de la danse sur échasses, du théâtre physique, du jeu clownesque, de l'acrobatie sur échasses, de l'équilibre d'objets, ou de la marionnette. En effet chacun a une pratique différente et personnelle de l'échasse ce qui nous amène à exploiter l'appareil sous toutes ses formes : échasses de 2 à 6 pieds, échasses à rebond pneumatique, échasses à roulettes, échasses et acrobaties au sol, échasses et portés, échasses et chorégraphie au (sol et debout), manipulation d'échasses.

L'objet « échasse » inspire l'esthétique globale du spectacle, on souhaite le mettre en valeur en reflétant ses caractéristiques (linéaire, métallique) dans une scénographie sobre et simple. Le décor viendra soutenir et renforcer les images créées notamment en jouant sur les perspectives et la géométrie de l'espace.

Le prolongement des membres, au-delà des créatures étranges qu’il évoque, permet d’augmenter l’amplitude de mouvement. Il ralentit les déplacements par le temps que prend le transfert de poids. Paradoxalement pour une discipline qui se distingue par la hauteur, l’exploration du travail au sol (couché, assis, à genoux, etc.) augmente la dimension horizontale du corps, un effet extrêmement satisfaisant à voir d’un point de vue purement esthétique.

Le travail de partenaires est particulièrement évocateur dans la pratique des échasses puisqu’au lieu de continuellement chercher son équilibre afin de maintenir son autonomie, l’échassier qui s’appuie sur un autre crée immédiatement de la stabilité, mais aussi une dépendance. À travers le contrepoids, le support devient réciproque et en développant cette idée pour inclure 6 échassiers, on construit une structure à la fois stable et d’une très grande fragilité qui rappelle un château de cartes. Dans cette situation, le moindre mouvement d’une personne perturbe l’équilibre de l’ensemble et nécessite un ajustement de la part des autres. 

Le porté peut être effectué dans toute sorte de situations : un échassier peut en porter un autre, un échassier peut porter une personne sans échasses, une personne sans échasses peut porter un échassier. L’aspect acrobatique et spectaculaire, quoique présent, nous importe moins que le rapport particulier à l’autre que chaque situation raconte : la différence, la domination, la confiance, l’attention, le contrôle, la fragilité. Les différences de hauteur, entre autres, permettent des situations particulièrement intéressantes. Un échassier, par exemple, est relativement facile à soulever par quelqu’un qui ne l’est pas puisque le poids est déjà haut dans l’espace. Au contraire, une personne sans échasse doit grimper sur un échassier, plutôt que de se faire soulever.

Nous comptons maintenant utiliser toutes ces images et les agencer afin de former la trame du spectacle. Sans être complètement abstrait ni complètement narratif, le spectacle se veut un enchainement de tableaux ayant chacun son enjeu. Une scène peut être comique par la situation cocasse qu’elle présente, purement esthétique pour la beauté des formes qu’elle crée, poétique pour l’imaginaire sensible qu’elle évoque, théâtrale par les rapports humains qu’elle raconte.

Direction artistique: Julie Duguay 
Chorégraphie: Sylvain Lafortune 
Artiste-échassiers: Julie Duguay, Yves Landry, Simon Durocher-Gosselin, Bruno Gagnon, Gabrielle Garant et Guillaume Doin
Répétition: Elise Legrand
Composition musicale: Geneviève D’Ortun
Conception de costumes et décors: Guylaine Carrier et Simon Durocher-Gosselin
Conception d’éclairage: Yves Landry et Andrew Williams

Circus Stella

Spectacle(s)
Retour