Mykalle Bielinski
L'artiste montréalaise Mykalle Bielinski pratique le chant, l'interprétation, la composition musicale, la poésie orale et l'écriture. Ses oeuvres multidisciplinaires prennent la forme de concerts immersifs où la voix incarne une recherche esthétique, philosophique et technologique sur l'être et le sacré. Son opéra multimédia en 360 degrés Gloria (OFFTA 2015, Mois Multi 2016, Théâtre La Chapelle 2017, BMotion 2017, Pushoff 2018, Conseil des arts de Montréal en tournée 2018) et la pièce polyphonique à six voix féminines Mythe (Espace libre 18-19, OFFTA 2018) sondent de manière sensible les enjeux de l'existence humaine. Des choeurs grandioses aux beats et textures ambiantes, sa musique est une expérience qui aspire à un spirituel contemporain, conduite par sa voix cathédrale, ses synthétiseurs envoûtants et sa présence scénique magnétique. Formée à l'Odin Teatret d'Eugenio Barba et diplômée de l'UQAM en interprétation en 2011, elle a été révélée au milieu théâtral au Gala des Cochons d'Or de Cartes Prem1ères. Elle a collaboré comme créatrice, interprète, musicienne et conceptrice sonore aux productions suivantes : The Marriage of Medea (Eugenio Barba), Icône Pop, Cantique, We'll be fine (Mélanie Demers), Titus, 1984, Le monde sera meilleur (Édith Patenaude), Consentement (Frédéric Blanchette) Closer (Marie-Josée Bastien), Disparaître ici (Jocelyn Pelletier), Je me soulève, Attentat (Véronique et Gabrielle Côté), Bras de fer (Jean-Simon Traversy), Le Brasier (Philippe Cyr), Imagination du monde (Hanna Abd El Nour), Propositions for the AIDS museum, Orphée Revolver (projets hybris) et bien d'autres. Depuis ses débuts sur la scène spoken word de Montréal, sa musique et ses textes ont été entendus un peu partout dans la province, au Canada, en France, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal et au Danemark. Elle participe de plus à quelques publications (Revue JEU, Femmes en scène) et a sorti son premier disque Reverb en 2013.

Mykalle Bielinski

Spectacle(s)
Retour